Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

La puissance du collectif au service de mon projet pro

Partager l’article : 

Facebook
LinkedIn
Email

On a beau en (entendre beaucoup) parler, on la veut, on la prépare, voire on la conçoit précisément… et pourtant, combien d’entre nous se mettent concrètement en action pour réussir leur vie professionnelle.

Alors, entendons-nous bien sur le terme de “réussite”.

Halte aux modèles préconçus et autres injonctions qui voudraient qu’une vie professionnelle réussie se situe forcément en haut de l’échelle sociale ou hiérarchique ! Une vie pro réussie, c’est la carrière ou plus simplement la fonction qu’on a choisie, car elle nous alimente, nous nourrit, répond à nos besoins (financiers, philosophiques ou autres). 

Ma réussite n’est pas celle du voisin (et vice versa!)

 

Revenons à nos moutons.

Qu’est ce qui nous freine ? J’ai nommé …

Les auto saboteurs !

Parmi ceux-ci : 

  • la CONFUSION (ok, je veux changer vers un job plus épanouissant. mais lequel? quand? comment ???)
  • la PEUR (du changement, de l’inconnu, du risque de perdre plutôt que de gagner)
  • l’HABITUDE (ah, cette fameuse zone de confort!)

Attendez une seconde …. Mais, personne n’a dit qu’ ETRE ACTEUR(ice) de sa vie pro, ça ne veut pas dire le faire seul(e) !

 

Le fait de rejoindre un collectif peut justement aider à apprivoiser ou lutter contre ces auto-saboteurs qui empêchent de se mettre en action vers ce futur rêvé.

En l’occurence, un collectif qui va vous accompagner dans vos réflexions, votre mise en action, booster votre motivation et votre énergie… sur du long terme.!

Intelligence collective, vous avez dit intelligence collective ?

Une pédagogie puissante, fondée sur le collectif, permet selon moi de relever plusieurs défis :

 

1 – Observer ses pairs :Photo de Yan Krukov provenant de Pexels

On apprend en observant les autres, leurs expériences, etc. (tel le mimétisme des enfants qui nous voient marcher…. forcément ça les titille !)

  • Notre  proposition : créer des espaces et moments d’échanges entre pairs

L’échange informel entre participants, sur des pratiques et comportement observables. Cela permet de dédramatiser la formation : tout le monde a quelque chose à partager pour grandir et faire grandir l’autre et son écosystème

 

Photo de Mikhail Nilov provenant de Pexels2- Favoriser la contradiction pour changer ses représentations

Apprendre, c’est aussi être bousculé. Le conflit socio-cognitif que cela provoque m’aide à changer mes représentations (“je ne suis pas capable”, “c’est comme ça, on ne peut rien y faire”, “il faut que…”)

Le conflit avec les autres est alors un moyen de sortir de sa routine, car pour résoudre le conflit, il va falloir faire un pas vers l’autre et sortir de ma zone de confort. La contradiction, puissant levier d’apprentissage

Notre  proposition : permettre une confrontation bienveillante de points de vue et de manières de voir le monde

  • un Brainstorm permet d’échanger des idées et d’en faire naître de nouvelles
  • Prolonger ce qu’on a appris en discutant des actualités et expériences respectives
  • Envie de partager quelque chose de particulier avec une personne en particulier, pouvoir l’interpeler directement

 

Ca me rappelle la Maïeutique* de Socrate, tout ça…
*“Méthode suscitant la mise en forme des pensées confuses, par le dialogue “

 

3 –Pratiquer régulièrement pour changer ses routines

On ne se débarrasse pas de ses habitudes en les jetant par la fenêtre.

Mettre en action ses nouvelles connaissances et trouver des terrains de jeu pour pratiquer la compétence.

  • Notre proposition : un  groupe de participants qui sont dans une même démarche et une même énergie, cela constitue un terrain de jeu sans risque, dans lequel pratiquer le geste / compétences, pour ensuite la pratiquer en situation de travail
  • Notre proposition « bis » : créer une routine d’apprentissage : des ateliers et rencontres réguliers pour ancrer l’apprentissage dans la routine, et créer des réflexes.

 

4 –  Réduire le “time to learn”, pour faciliter le passage à l’acte

Réduire le temps entre opportunité d’apprendre  (j’ai un entretien demain) et réponse apportée ou trouver (comment le préparer)

Un temps long = une opportunité gâchée.

Il est plus efficace de passer rapidement du besoin à la réponse au besoin. Et c’est facilité lorsque j’ai à disposition un savoir accessible, via des personnes sollicitables si besoin

  • Notre proposition : un coach référents disponible et l’intégration d’une communauté de pairs, qui ont vécu les mêmes étapes et sauront nous guider, nous répondre 

 

Nos derniers articles

CPF, attention aux arnaques!

Après la nième sollicitation frauduleuse reçue sur mon compte formation et constatant du caractère de plus en plus “professionnel” de celle-ci, j’ai

Laisser un commentaire