Le mythe de la vocation professionnelle, parlons-en pour mieux vivre… sans ! (2/2)

Partager l’article : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

La vocation professionnelle, eldorado ou fardeau ? Et si trouver sa voie, c’était la chercher, la changer, tester et expérimenter ?

Et si il n’y avait pas UNE vocation, mais DES jobs ou activités qui nous plaisent, ou même qui permettent de nous épanouir?

Mes crédo ?

1 – Il n’y a pas de modèle type,

Mais des choix et des efforts que l’on fait pour se rapprocher de son objectif. ET cet objectif est valable à un instant T, dans un contexte donné.

En fonction du moment de ma vie, ce que je recherche ou ce qui me plaît ne va pas être le même (succès, rémunération, ambiance de travail, etc. ).

Et c’est OK, cela ne fait pas de moi une personne instable ou qui a échoué. Cela fait de moi une personne qui se questionne et ne se satisfait pas de tout. Et si cela doit passer par une période de chômage, un projet de création d’entreprise, ou mon investissement dans un projet associatif, tant mieux si j’en

 

2 – Tout le monde n’a pas de vocation professionnelle,

Mais chacun peut rechercher une vie professionnelle épanouie, c’est à dire qui lui corresponde, à lui / elle. Pas au voisin ni à sa famille qui donne de très bons conseils.

A l’inverse, on peut avoir un métier-passion, et être fatigué, stressé etc… et donc pas forcément épanoui.

 

3– On peut être acteur de sa vie professionnelle,

En se posant des questions (mes besoins ? mes envies ?), et en avançant à petits pas, en fonction de ses capacités du moment, et en voyant à moyen ou long terme.

 

4 – Le travail, c’est un ensemble d’aspects :

Les activités que je FAIS, les personnes AVEC QUI je travaille, mon équilibre personnel, etc…. des vases communiquant, qui concourent tous à mon bien-être au travail.

 

5 – On a droit de se tromper.

C’est même la base de l’apprentissage ! Que celui qui a appris à faire du vélo sans tomber (ou sans les petites roues) lève la main !

La vie n’est pas un chemin linéaire, il y a des bifurcations, des hauts et des bas. L’accepter ne fait pas de nous une personne défaitiste,  mais qui est capable de dire : j’accepte la situation, ET j’agis pour changer ce qui ne me convient pas /plus.

 

6– On a le droit de demander de l’aide !

Votre job actuel ne vous plait pas / plus (ne vous a jamais plu ?).

-Des CEP (conseiller en évolution professionnelle) sont à votre disposition gratuitement pour vous accompagner dans vos réflexions

Le Responsable RH de votre entreprise ou votre manager (vous avez la possibilité d’exprimer vos souhaits lors des entretiens professionnels tous les deux ans)

– Tous deux  pourront aussi vous orienter vers un bilan de compétences.

Finançable par le CPF, vous êtes accompagné(e) par un consultant carrière pour dessiner votre portrait professionnel actuel (compétences, qualités, etc), définir des pistes professionnelle (changement de travail, mais aussi formations pour évoluer dans votre métier) et définir voter plan d’action personnel.

 

Ayez confiance en vous et en vos capacités !

Et pour vous, qu’est-ce qu’un travail épanouissant ?

Nos derniers articles

Laisser un commentaire